Le chef du football islandais démissionne dans le scandale des agressions sexuelles

Le président de l’association islandaise de football (KSI) a démissionné après que deux femmes ont affirmé qu’un joueur de l’équipe nationale les avait harcelées et agressées sexuellement en 2017, l’une des femmes accusant l’association d’avoir tenté de la payer pour garder le silence. Gudni Bergsson, qui occupe le poste de président de KSI depuis 2017, a démissionné dimanche soir après une série de réunions du week-end, qui ont été suivies d’une déclaration de KSI reconnaissant que le conseil d’administration de l’association n’avait pas géré la situation correctement.

Thorhildur Gyda Arnarsdottir, maintenant âgée de 25 ans, a déclaré vendredi au radiodiffuseur public RUV qu’un membre de l’équipe nationale lui avait attrapé l’entrejambe et l’avait attrapée par le cou, avant de l’agresser avec un autre individu, dans une boîte de nuit de Reykjavik en septembre 2017.

Elle a affirmé qu’un avocat représentant l’association lui avait alors demandé si elle signerait un accord de non-divulgation et recevrait une compensation financière pour garder le silence, ce qu’elle a refusé.

L’association a nié qu’un de ses avocats ait proposé un tel accord.

Elle a déclaré à RUV que le joueur avait reconnu les faits, s’était excusé et lui avait versé une somme non divulguée à titre de compensation.

Plusieurs médias ont identifié le joueur en question comme étant Kolbeinn Sigthorsson.

L’association n’a pas confirmé l’identité du joueur, mais a déclaré dans un communiqué que Sigthorsson ne jouerait pas dans les trois prochains matchs contre la Roumanie, la Macédoine du Nord et l’Allemagne « en raison d’une décision prise par le conseil d’administration ».

Arnarsdottir et une autre femme avaient déposé des rapports de police contre un joueur pour agression sexuelle cette nuit-là.

Arnarsdottir a également déclaré qu’elle connaissait au moins six autres joueurs qui avaient été accusés d’agressions sexuelles par d’autres femmes.

La démission de Bergsson est intervenue après qu’il a été découvert qu’il mentait lorsqu’il a déclaré jeudi à la télévision nationale que l’association n’avait « pas reçu de plainte ou de suggestion selon laquelle quelqu’un en particulier avait été coupable d’infractions sexuelles ».

Dans un communiqué adressé dimanche soir aux victimes, le conseil d’administration a déclaré : « Nous… vous croyons et nous nous excusons sincèrement. Nous savons que nous, en tant que garants, vous avons laissé tomber et nous avons l’intention de faire mieux. »

Promu

« Nous prenons la question très au sérieux. Des travaux sont déjà en cours avec des professionnels externes pour examiner toutes les réponses aux infractions et violences sexuelles au sein de l’association et comment le soutien a été et sera fourni aux victimes », indique le communiqué.

Il a déclaré qu’il « réparerait les problèmes qui ont mal tourné et examinerait la culture qui existe au sein du mouvement du football de bas en haut ».

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest