Le champion de l’US Open, Dominic Thiem, déterminé à répéter le succès de 2020


Le numéro trois mondial et champion de l’US Open, Dominic Thiem, a admis lundi qu’il serait difficile d’égaler sa percée en 2020, mais il prévoit de lui donner le meilleur de lui-même. L’Autrichien a finalement craqué le grand moment quand il a produit un retour historique pour battre Alexander Zverev dans un cinq sets nerveux et gagner à Flushing Meadow. Il faisait suite à trois défaites précédentes en finale des majors de tennis, y compris à l’Open d’Australie l’année dernière lorsqu’il avait perdu un affrontement saisissant avec Novak Djokovic.

De retour à Melbourne pour la préparation du Grand Chelem d’ouverture de la semaine prochaine, il a déclaré qu’il se sentait prêt, mais a averti que rien n’était garanti.

« Bien sûr, je vais essayer de répéter le succès de 2020, et aussi de 2019 (quand il a fait la finale de Roland-Garros) », a-t-il déclaré.

« Il y a eu des années incroyables. Mais il n’y a jamais de garantie pour cela.

« Je veux dire, dans un tournoi du Grand Chelem ou une Coupe ATP, tous les grands tournois, le tirage au sort est super fort, donc jamais une garantie d’aller en profondeur ou de gagner un titre.

« Je vais tout essayer pour le faire. J’ai eu, encore une fois, une assez bonne préparation. Je vais donc essayer de prendre un bon départ à l’ATP Cup, puis aussi à l’Open d’Australie. »

Le joueur de 27 ans est en Australie sans l’entraîneur Nicolas Massu, qui a été testé positif au coronavirus avant de partir, son père Wolfgang prenant en charge les fonctions.

Thiem senior est également capitaine de l’équipe d’Autriche ATP Cup, où son fils ouvre sa saison avec un match difficile contre le numéro 10 mondial italien Matteo Berrettini mardi.

« Notre face à face est à égalité 2-2. Vers la fin de 2019, nous avons eu trois matches incroyables dans des étapes profondes de grands tournois de haute qualité », a déclaré Thiem de Berrettini.

« Au plaisir de le jouer à nouveau. Nous avons une très bonne relation, toujours des matchs amusants les uns contre les autres.

« Mais c’est un grand, grand joueur, donc je ne suis pas non plus très heureux qu’il soit le premier gars à affronter dans une nouvelle année après un bon bout de temps sans match officiel. Ça va être intéressant. »

Après un an à jouer devant des stades pour la plupart vides à cause de Covid-19, il attend également avec impatience une certaine atmosphère, avec jusqu’à 30000 spectateurs autorisés chaque jour à l’Open d’Australie.

Promu

« Il faudra probablement quelques matchs ou une demi-heure, une heure, pour s’y habituer à nouveau car c’est différent avec tout le son », a-t-il déclaré.

« D’une manière ou d’une autre, peut-être que vous êtes un peu plus nerveux parce que vous jouez aussi pour la foule. Vous voulez les divertir. »

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest