L'Australie et le Royaume-Uni soutiennent l'interdiction du dopage par les Jeux olympiques russes

Le responsable des sports britanniques a ajouté mardi son soutien aux appels en faveur de l'interdiction de la Russie aux Jeux olympiques de l'année prochaine, à la suite des révélations sur le dopage de l'Agence mondiale antidopage (AMA). (Le rapport de l'AMA demande l'interdiction de la Russie sur le dopage systématique)

Un rapport de la commission indépendante de l'AMA publié lundi a souligné les preuves d'un dopage "parrainé par l'État" en Russie et demandé que le pays soit banni des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro.

Ed Warner, président du club britannique d’athlétisme, a déclaré à la BBC Radio 4: «Oui, absolument. Je pense qu’avant (les Jeux olympiques), il ya deux compétitions d’athlétisme qui importent.

"Il y a les championnats d'Europe de cross-country, qui auront lieu le mois prochain (à Hyères, en France), puis en mars en Amérique, il y a les championnats du monde en salle.

"Lord (Sebastian) Coe, président de l'IAAF (Association internationale des fédérations d'athlétisme), a déclaré que son conseil se réunissait vendredi ou samedi pour envisager de sanctionner la Russie et éventuellement de le suspendre. Mon conseil fort: 'faut absolument faire ça. "

Warner a ajouté: "Si vous punissez un ou deux athlètes russes innocents pour le plus grand bien de ce sport, c'est un dilemme moral que je suis prêt à saisir."

Le comité olympique national australien a déclaré mardi qu'il soutiendrait l'interdiction des athlètes russes des Jeux d'été de l'année prochaine après que l'Agence mondiale antidopage (AMA) a mis en évidence des preuves de dopage systématique.

Athletics Australia a également appelé l'IAAF, l'organe directeur mondial du sport, et son président, Sebastian Coe, à donner suite à ce rapport accablant de l'AMA.

"Nous appuierions beaucoup les athlètes d'athlétisme russes qui ne sont pas autorisés à concourir à Rio si leur fédération n'est pas conforme à l'AMA", a déclaré à la presse le chef de mission de l'équipe olympique australienne 2016, Kitty Chiller.

"Si la Russie n'est pas à Rio, je pense que la réputation de l'athlétisme sera renforcée car le public saura que chaque athlète participant à une compétition est propre et évolue dans le véritable esprit des Jeux Olympiques."

Le chef d'Athletics Australia, Phil Jones, a ajouté dans une déclaration que "des circonstances telles que celles alléguées dans ce rapport ne doivent pas être maintenues".

Le rapport de l'AMA a mis en évidence des preuves de fraude systématique menées avec le consentement du gouvernement à Moscou, soulignant que les tests de dépistage de la drogue pour sportifs étaient effectués dans un laboratoire russe, ce qui manquait de crédibilité.

Les conclusions du panel ont appelé l'IAAF à suspendre la fédération d'athlétisme russe (ARAF) et à la déclarer "non conforme" conformément à la réglementation antidopage en vigueur dans le monde.

Jones a exhorté le Conseil de l'IAAF à déterminer si la Fédération de Russie d'athlétisme était un hôte approprié pour les championnats du monde juniors de 2016 et les championnats du monde de course par équipes.

Les deux organisations australiennes ont également déclaré que Jared Tallent, médaillé d'argent à la marche de 50 km des Jeux olympiques de Londres 2012 derrière le Russe Sergey Kirdyapkin, devrait être rétrospectivement récompensé par la médaille d'or.

Kirdyapkin, qui a remporté sa médaille d’or en un temps record, a été suspendu pour anomalie dans son passeport biologique en janvier, et l’interdiction a été antidatée au 15 octobre 2012.

"Le choc du sport"

"Jared Tallent s'est vu refuser le prix et la distinction qu'il mérite à juste titre", a déclaré Chiller.

"Il appartient maintenant à l'IAAF de s'assurer que, si des résultats ou des classements doivent être affectés rétrospectivement, cela se produira."

Tallent a déclaré qu'il se sentait justifié à la suite du rapport accablant.

"Beaucoup de gens pensent que c'est trop de négativité, et ils ne veulent pas en parler", a déclaré mardi Tallent, cité par l'agence australienne Associated Press.

"Même certaines personnes en Australie estiment que cela les concerne, moi qui parle, ce qui est décevant.

"Je pense que c'est mieux si tout le monde parle, il y a plus de chance que des changements se produisent."

En Nouvelle-Zélande, où la frappeuse Valerie Adams a été récompensée par une médaille d'or à Londres 2012 après la disqualification de Nadzeya Ostapchuk, de Biélorussie, le chef de l'équipe nationale olympique Kereyn Smith a déclaré que le rapport était "dévastateur".

"C’est exceptionnellement inquiétant et remet vraiment en question l’intrégalité du sport, les compétitions propres et la protection des athlètes propres", a-t-elle déclaré à TV3. "C'est donc un véritable choc pour le sport en général."

Smith a déclaré que les athlètes ayant terminé derrière les rivaux russes en 2012 se demanderaient maintenant ce qu'ils auraient pu être.

"Je suis vraiment désolée pour eux parce que nous connaissons la situation dans laquelle Valérie se trouvait après Londres et ce que cela signifiait pour la Nouvelle-Zélande et ce que cela signifiait pour Val en tant qu'athlète", a-t-elle déclaré.

Le Conseil de l'IAAF doit se réunir vendredi pour discuter de la crise du sport phare des Jeux olympiques. La Russie fera l'objet d'une suspension provisoire lors de la prochaine réunion de l'IAAF à Monaco ce mois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest