L'AMA suspend l'Agence antidopage russe

L’agence antidopage russe (RUSADA) a été suspendue mercredi par l’Agence mondiale antidopage (AMA), ce qui laisse entrevoir la possibilité d’interdire les vedettes russes aux Olympiques si le pays ne se conforme pas aux règles internationales acceptées. (La Russie suspendue provisoirement par l'IAAF suite au scandale du dopage)

Le conseil de fondation de l'AMA a adopté à l'unanimité la recommandation d'un comité selon lequel RUSADA était non conforme à la charte de l'organisme mondial.

Cette décision avait été anticipée à la suite d'un rapport accablant publié par un comité indépendant de l'AMA, qui avait mis au jour un programme de dopage sponsorisé par l'État russe.

RUSADA avait été lourdement impliqué dans le scandale et avait été accusé d'avoir détruit les échantillons demandés pour analyse par l'AMA.

L'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) avait déjà suspendu provisoirement la Russie de la compétition internationale la semaine dernière, mais laissait la porte ouverte à un retour à temps pour les Jeux olympiques.

La décision de l'AMA rendue mercredi entraîne une pression accrue sur la Russie pour qu'elle répare son système.

En vertu de règles convenues par l’AMA et le Comité international olympique (CIO), seuls les pays qui se conforment pleinement au code de l’agence antidopage peuvent participer aux Jeux.

La Russie a promis de suivre la feuille de route établie pour réformer son programme de dépistage de drogue afin d'éviter la perspective d'une interdiction olympique – une option nucléaire que ni l'IAAF ni le CIO ne souhaitent voir.

Le président de l'AMA, Craig Reedie, a toutefois insisté sur le fait que l'agence agirait pour assurer un régime antidopage "étanche" en Russie.

"Ne vous y trompez pas, nous n'allons pas précipiter ce processus de conformité, nous le ferons correctement – l'intégrité du sport est menacée", a déclaré Reedie dans un communiqué.

Moïse: "Ban Russie"

Cependant, la perspective de proposer à la Russie un moyen simple de revenir dans le giron international a rencontré une opposition dans certains milieux.

Mercredi, la légende olympique Ed Moses a ajouté sa voix à des appels pour que les athlètes d'athlétisme russes soient exclus des Jeux olympiques de l'année prochaine à cause du scandale.

"La seule sanction est que cela suffit. C'est pour déclarer haut et fort que l'équipe d'athlétisme russe ne peut pas se rendre à Rio", a déclaré Moses à la réunion de l'AMA à Colorado Springs.

"Les athlètes sont très inquiets – ils veulent voir ce qu'il faut faire dans ce cas", a déclaré Moses.

Moses a déclaré qu'il souhaitait voir une enquête sur tous les sports en Russie avant qu'ils puissent être jugés conformes.

"J'ai eu beaucoup d'amis proches qui se sont fait voler des moments irremplaçables", a déclaré Moses. "Mon espoir est qu'il n'y a pas une génération d'athlètes à qui leurs rêves sont volés aussi."

L'appel à une interdiction de Moses a fait écho à la position prise par les principales organisations antidopage dans une déclaration lundi, selon laquelle les stars d'athlétisme russes doivent être bannies de Rio.

"La corruption dans l'athlétisme russe ne mérite pas moins", a déclaré l'Institut des organisations nationales antidopage. "Un puissant message dissuasif doit être envoyé."

«Moment pivot»

Beckie Scott, ancienne skieuse nordique canadienne qui préside le comité des athlètes de l'AMA, a soutenu l'appel de Moses à une enquête plus approfondie sur le dopage dans le sport russe.

"Nous avons été contactés par des athlètes du monde entier et nous entendons l'opinion suivante:" Pourquoi simplement l'athlétisme? Pourquoi pas tous les sports? ", A-t-elle déclaré.

"C'est un moment crucial pour l'AMA. Beaucoup d'athlètes observent et attendent qui comptent sur les forces antidopage pour apporter toute leur force et leur résolution à ce combat."

Le membre de l'AMA, Dick Pound, qui a présidé l'enquête sur le scandale, a exprimé sa sympathie pour les athlètes cherchant une interdiction, mais a souligné que la Russie devait avoir la possibilité de se changer.

"L'objectif est de changer les comportements, de ne pas sortir et de faire un coup d'oeil pour point, et de faire une chose punitive", a déclaré Pound aux journalistes.

"Mais il doit y avoir des conséquences. Il y a une pression de la part de nos athlètes en disant:" Cela ne suffit pas. " Mais je ne suis pas sûr qu'ils aient nécessairement raison.

"Je comprends pourquoi ils se sentent comme ça mais ce n'est peut-être pas la bonne solution. Nous devons voir comment la Russie réagira à cela."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest