L'AITA sollicite un nouveau contrôle de sécurité à Islamabad mais ne sait rien du changement de lieu pour la Coupe Davis

La fédération nationale indienne de tennis a décidé lundi de ne pas demander le changement de lieu de la Coupe Davis face au Pakistan à Islamabad, mais elle a demandé à l'ITF de procéder à un nouveau contrôle de sécurité dans ce pays, au vu de la nouvelle tension diplomatique. La participation de l'Inde à la rencontre de Coupe Davis du Groupe 1 de la Zone Asie, prévue les 14 et 15 septembre, est incertaine en raison de la forte tension politique avec le Pakistan. Le Pakistan a dégradé ses relations diplomatiques avec l'Inde après la suppression des dispositions de l'article 370 accordant un statut spécial au Jammu-et-Cachemire et la transformation de l'État en un territoire de l'Union.

"Nous savons que vous avez effectué un contrôle de sécurité avant la dégradation des relations diplomatiques. L'ITF (Fédération internationale de tennis) pourrait juger utile de procéder à un autre contrôle à sa propre satisfaction, afin de garantir la sécurité de tous les acteurs liés au lien, "Le secrétaire général de l'Association indienne de tennis (AITA), Hironmoy Chatterjee, a écrit dans un courrier adressé à la directrice exécutive de l'ITF, Justine Albert.

Chatterjee avait précédemment déclaré que l'AITA pourrait demander un changement de lieu de réunion en raison de la tension politique en raison de laquelle les services de bus et de train entre les deux pays sont actuellement suspendus.

"L'AITA attend donc votre certificat final (ITF) confirmant la sécurité de toutes les parties prenantes et les détails du plan de sécurité préparé dès l'arrivée de l'équipe à son départ afin que nous puissions commencer à demander des visas pour voyager au Pakistan et de prendre les dispositions nécessaires pour voyager ", at-il déclaré dans sa dernière lettre.
L'AITA a indiqué qu'elle se conformerait aux directives de l'ITF.

"Si l'ITF, en consultation avec la PTF (Fédération de tennis du Pakistan), n'est pas sûr à 100% de la sécurité des parties prenantes, l'ITF peut nous informer de la marche à suivre et l'AITA suivra respectueusement la décision de l'ITF", a-t-il ajouté. La lettre arrive un jour où le ministre des Sports, Kiren Rijiju, a clairement indiqué que le gouvernement n'aurait pas son mot à dire, la Coupe Davis n'étant pas un engagement bilatéral.

"S'il s'agit d'un événement sportif bilatéral, le fait que l'Inde joue ou non avec le Pakistan devient alors une décision politique. Mais la Coupe Davis n'est pas bilatérale et est organisée par un organisme sportif mondial", a déclaré Rijiju.

Albert avait écrit à Chatterjee la semaine dernière, affirmant que l'Inde devrait donner suite à ses demandes de visa, malgré "certains développements récents dans les relations politiques et diplomatiques entre les deux pays". "… nous sommes au courant de la situation et nous la surveillons. Je conviens que la sécurité des joueurs, des officiels et de toutes les parties prenantes liées à la cravate est la première des priorités de l'ITF et de nous tous", a déclaré le courrier d'Albert. "Cependant, je dois souligner que le classement global des risques pour la sécurité au Pakistan reste le même, ce qui signifie qu'à partir d'aujourd'hui, les négociations auront lieu à Islamabad comme prévu", a ajouté le responsable. Albert avait demandé à l’AITA de s’adresser à l’ITF le plus rapidement possible pour faire part de ses préoccupations. "… c'est votre droit de le faire et je vous exhorte à le faire rapidement, en tenant compte du fait que la cravate doit avoir lieu dans cinq semaines.

"En attendant, je vous exhorte à poursuivre les préparatifs nécessaires pour obtenir vos visas …", avait-il déclaré.

Aucune équipe indienne de la Coupe Davis n’est allée au Pakistan depuis 1964 et les relations bilatérales de cricket entre les deux pays sont en sommeil depuis l’attaque terroriste de 2008 à Mumbai.

Depuis 2017, le Pakistan a disputé quatre de ses cinq matchs à domicile à Islamabad, accueillant la Corée, la Thaïlande, l'Ouzbékistan et l'Iran. Hong Kong avait refusé de se rendre au Pakistan en 2017, ce qui leur avait permis de se déplacer.

La dernière fois que le Pakistan a joué sur un terrain neutre, c'était lors de la Coupe du Monde 2016 à Colombo en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest