L’AIFF reporte les barrages pour la Ligue féminine indienne au milieu de l’augmentation des cas de coronavirus


La Fédération indienne de football (AIFF) a annoncé dimanche le report des barrages pour la Ligue indienne des femmes, qui devraient se tenir à Delhi à partir du 7 avril, jusqu’à nouvel ordre en raison de l’augmentation des cas de coronavirus à travers le pays. << Après des discussions internes et des communications avec les clubs et les associations d'État, et en gardant à l'esprit la sûreté et la sécurité des joueurs et des officiels compte tenu de l'augmentation des cas de covid19 dans tout le pays, les barrages de la Ligue indienne des femmes devraient être tenue à Delhi du 7 avril 2021, a été reportée jusqu'à nouvel ordre ", a déclaré l'AIFF dans un communiqué.

« Nous exhortons à nouveau les associations d’Etat organisant des compétitions à prendre les plus grandes précautions concernant la santé et la sécurité des joueurs », a-t-il ajouté.

L’Inde a signalé 93249 nouveaux cas de COVID-19 et 513 décès liés au coronavirus au cours des dernières 24 heures, a informé dimanche le ministère de la Santé de l’Union.

Avec ces cas supplémentaires, le nombre total de cas de COVID-19 dans le pays a atteint 1,24,85,509. Avec 513 nouveaux décès, le nombre de morts est passé à 1 64 623. Il y a 6,91,597 cas actifs dans le pays à l’heure actuelle.

En outre, 60 048 personnes ont été libérées après leur rétablissement samedi, portant le total de récupération à l’échelle nationale à 1,16,29,289.

Selon le Conseil indien de la recherche médicale (ICMR), 11,66,716 échantillons ont été testés samedi. Un total de 24,81,25,908 échantillons ont été testés à ce jour.

Promu

Pendant ce temps, selon le ministère de la Santé et du Bien-être familial, 7,59,79,651 personnes au total ont été vaccinées à travers le pays jusqu’à présent.

À partir de vendredi, le gouvernement a commencé à vacciner toutes les personnes de plus de 45 ans. L’Inde a commencé sa campagne de vaccination le 16 janvier, la priorité étant donnée à tous les travailleurs de la santé et de première ligne dans la première phase. La deuxième phase a débuté le 1er mars où des doses ont été administrées aux personnes de plus de 60 ans et à celles entre 45 et 59 ans présentant des comorbidités spécifiques.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest