La star du tennis de table Manika Batra affirme que l’entraîneur national lui a demandé de « concéder le match » lors des qualifications olympiques

La star du tennis de table Manika Batra a allégué que l’entraîneur national Soumyadeep Roy lui avait demandé de lancer un match lors des éliminatoires olympiques en mars et que c’était la principale raison pour laquelle elle avait refusé son aide dans la compétition en simple des Jeux de Tokyo. Répondant à l’avis de justification de la Fédération indienne de tennis de table (TTFI), Manika a fermement nié avoir discrédité le jeu en refusant l’aide de Roy. Selon des sources de TTFI, la numéro 56 mondiale a déclaré qu’elle n’aurait pas pu se concentrer sur son match si quelqu’un qui lui avait demandé de se livrer à des matchs truqués des mois plus tôt était assis à ses côtés.

« Outre la nécessité d’éviter les perturbations dues à son intervention de dernière minute, il y avait une raison supplémentaire et beaucoup plus sérieuse derrière ma préférence de jouer sans l’entraîneur national », a déclaré la lauréate Khel Ratna dans sa réponse au secrétaire du TTFI, Arun Banerjee.

« Le sélectionneur national m’avait fait pression lors du tournoi de qualification à Doha en mars 2021 pour concéder mon match à son élève pour lui permettre de se qualifier pour les JO – bref- de se livrer au trucage de matchs », a-t-elle déclaré.

Malgré des tentatives répétées, Roy n’était pas disponible pour une réponse aux allégations. Le joueur devenu entraîneur n’a pas non plus été invité à rejoindre le camp national en cours et TTFI lui a demandé de présenter sa version de l’histoire.

« Les allégations sont contre Roy. Laissez-le répondre et nous déciderons ensuite de la future ligne de conduite », a déclaré Banerjee lorsqu’on lui a demandé la réponse de Manika à l’avis de justification.

Roy est un ancien médaillé d’or des Jeux du Commonwealth dans l’épreuve par équipe et également lauréat d’un prix Arjuna.

Manika et Sutirtha Mukherjee, qui s’entraînent à l’académie de Roy, ont fini par se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo.

« J’ai des preuves de cet incident et je suis prêt à les présenter aux autorités compétentes le moment venu. Pour m’avoir demandé de concéder le match, le sélectionneur national m’a personnellement rencontré dans ma chambre d’hôtel et m’a parlé pendant près de 20 minutes,  » dit Manika.

« Il a essayé de promouvoir son propre élève en utilisant des moyens contraires à l’éthique sous prétexte d’intérêt national. Il était accompagné de son élève qui s’entraîne dans l’académie privée non seulement dirigée par, mais également nommée d’après lui.

« De mon côté, je n’ai pas promis de l’obliger et j’ai rapidement signalé cette affaire à un responsable du TTFI. J’ai décidé de ne pas obéir à l’ordre contraire à l’éthique de l’entraîneur national. Mais ses intimidations et ses pressions ont eu un effet sur mon état mental et par conséquent sur mon performance.

« Pendant les Jeux olympiques, je voulais éviter l’effet démoralisant d’un tel entraîneur. Parce qu’en tant que joueur représentant l’Inde, il était de mon devoir de servir mon pays de la meilleure façon possible. »

Manika est entré dans l’histoire en atteignant le troisième tour tandis que Sutirtha a également bien fait pour atteindre le deuxième tour.

TTFI avait qualifié le refus de Manika de suivre les conseils de Roy d’acte d’indiscipline et de spectacle.

« Je nie fermement l’accusation selon laquelle j’ai jeté le discrédit sur TTFI, le gouvernement indien et le pays et sapé la nomination de l’entraîneur national en jouant mes matchs en simple aux Jeux olympiques de Tokyo sans la présence de l’entraîneur national sur le terrain de jeu.

« En fait et au contraire, j’ai servi mon pays et TTFI de la meilleure des manières en jouant mes matchs seule », a-t-elle écrit.

Manika a également interrogé TTFI pour ne pas avoir pris de mesures contre Roy.

« J’ai été faussement accusé de jeter le discrédit sur le pays par la vue d’une chaise vide de l’entraîneur. Mais la vérité est que la chaise vide était le résultat des tactiques de pression de l’entraîneur national pour le trucage de matchs et de l’inaction de TTFI pour agir sur mon rapport rapide de cet incident et non le résultat de ma soi-disant indiscipline.

Promu

« Malheureusement, lorsque j’ai soulevé à nouveau la question des tactiques de pression truquées par l’entraîneur national dans mon e-mail du 14 août 2021, TTFI a catégoriquement réfuté cette question sans même une enquête préliminaire, impartiale et transparente.

« Enfin, pour réitérer et résumer, je n’ai rien fait de mal à jouer mes matchs seul », a-t-elle affirmé.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest