La SAI modifie partiellement les SOP pour s’assurer que les athlètes qui reviennent de compétitions peuvent continuer à s’entraîner


L’Autorité sportive indienne (SAI) propose diverses mesures proactives, afin de garantir qu’il n’y ait pas de baisse d’intensité des athlètes olympiques. Dans le cadre de ces mesures, SAI a modifié de manière proactive les règles de quarantaine pour ceux qui reviennent dans ses centres après diverses compétitions. En modifiant partiellement les procédures opérationnelles standard (SoP) publiées les 11 septembre et 3 décembre, l’ISC a veillé à ce que les athlètes retournant aux camps nationaux et aux autres centres d’entraînement puissent continuer à s’entraîner sans compromettre la sécurité.

Dans un communiqué, SAI a déclaré que « la mesure a été introduite pour garantir que les athlètes sont en mesure de maintenir la continuité dans leur programme d’entraînement. L’athlète pourra reprendre sa routine d’entraînement, sauf qu’il ou elle sera tenu à l’écart de athlètes qui sont restés dans la bio-bulle pendant les sept premiers jours et jusqu’à ce qu’il ou elle retourne un test RT-PCR négatif. « 

À six mois des Jeux Olympiques de Tokyo et avec la reprise des compétitions nationales et internationales, les athlètes ont commencé ou commenceront à concourir dans diverses disciplines soit pour se qualifier pour les Jeux Olympiques, soit pour assurer une exposition compétitive.

Leur demander de se mettre en quarantaine pendant sept jours à chaque fois qu’ils reviennent à la base après la compétition nuirait à leur entraînement car ils cherchent à maintenir leur cycle de périodisation. SAI a également dit aux responsables de toutes ses installations d’entraînement que les athlètes revenant de diverses compétitions devraient être hébergés dans une auberge ou un bloc d’auberges séparé jusqu’à ce que leur test RT-PCR soit négatif au bout de sept jours, afin que les athlètes ne viennent pas. en contact avec ceux qui sont restés dans la bio-bulle.

Promu

Les responsables de tous les centres de l’ISC et les entraîneurs ont été chargés d’établir un calendrier approprié, afin que les athlètes revenant de la compétition puissent utiliser le terrain de jeu, le gymnase et les installations de sciences du sport pour assurer la continuité de l’entraînement, mais sans compromettre la sécurité des les athlètes qui sont restés dans les centres respectifs.

De même, tous les centres ont été invités à organiser des repas séparés pour les athlètes revenant de la compétition, jusqu’à ce que leur rapport de test RT-PCR soit disponible. Dans les endroits où il n’est pas possible de créer une salle à manger séparée, ils établiront un horaire détaillé pour éviter le mélange de ces personnes avec celles qui sont restées dans le camp.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest