La Malaisie se retire de la Formule 1 après 2018

Les problèmes économiques auxquels le sport est confronté font trop de victimes et la Malaisie ne renouvellera pas après l'expiration de son contrat actuel dans deux ans, a déclaré le ministre du Tourisme et de la Culture, Nazri Aziz, aux médias locaux.

L’avenir de la course était en suspens après que les officiels eurent déclaré le mois dernier qu’ils réévaluaient leur engagement en faveur de l’événement, alors que le nombre de téléspectateurs et les ventes de billets anémiques diminuaient.

"Nous dépensons 300 millions de ringgit (67 millions de dollars) par an, mais ne récupérons pas 300 millions de dollars", a déclaré Nazri à l'agence de presse officielle Bernama.

"Il n'y a pas de retour sur le Grand Prix de F1."

Il a noté que la fréquentation avait diminué malgré le coût élevé de l'organisation de la course, qui se déroule sur le circuit de Sepang, près de Kuala Lumpur, depuis 1999.

"Je pense que les gens ont perdu tout intérêt", a-t-il déclaré.

La course a dû faire face à une concurrence accrue, en particulier du somptueux Grand Prix de nuit à Singapour, alors que la Malaisie exportatrice d’énergie a vu ses recettes publiques sapé par la faiblesse des cours mondiaux du pétrole et le ralentissement de la croissance économique.

Les courses de Formule 1 sont souvent organisées à perte, mais elles attirent de nombreuses villes en raison de leur prestige et de leur exposition à un public mondial.

Diminution des retours

Les officiels malaisiens ont déclaré que Sepang, qui peut accueillir 120 000 spectateurs, n’avait attiré que 45 000 spectateurs au Grand Prix du mois dernier, ajoutant que les cotes de la télévision le jour de la course étaient également médiocres.

Dans des commentaires sur Twitter le mois dernier, le ministre des Sports, Khairy Jamaluddin, a souligné la concurrence d'autres événements en dehors de la Malaisie.

"Les ventes de billets de F1 sont en baisse, les téléspectateurs en baisse. Les visiteurs étrangers en baisse, car ils peuvent choisir Singapour, la Chine et le Moyen-Orient. Les retours ne sont pas aussi importants", a-t-il déclaré.

Les chiffres officiels montrent que la Formule 1 a perdu 200 millions de téléspectateurs dans le monde depuis 2008.

En septembre, la société américaine Liberty Media a annoncé une prise de contrôle de la F1, dont un nouveau président et des plans visant à renforcer la pénétration aux États-Unis pour tenter de redresser le navire.

La course de Sepang, connue pour ses averses tropicales et ses conditions similaires à celles d’un sauna, est la deuxième plus ancienne d’Asie après le Grand Prix du Japon, qui remonte à 1976.

Mais Singapour, qui a accueilli la première course de F1 sous les projecteurs en 2008, a rapidement devancé Sepang en termes de spectateurs.

Sepang, situé dans de vastes champs de palmiers à huile à une heure de route du centre de Kuala Lumpur, n’a pas non plus rivalisé avec les spectacles et les concerts animés organisés dans la course du centre-ville de Singapour, ont annoncé des responsables.

Cette année à Singapour, 73 000 spectateurs en moyenne ont assisté à chacun des trois jours du week-end.

Le groupe pétrolier national Petronas, sponsor principal de la course, qui soutient également le leader du championnat Mercedes, a été particulièrement touché par la chute des prix du pétrole.

La politique malaisienne est également dans une phase de volatilité lorsque le Premier ministre Najib Razak se lève avec l'ancien Premier ministre Mahathir Mohamad, qui appelle à l'éviction de Najib à la suite d'un scandale de blanchiment d'argent.

Le fils de Mahathir a récemment quitté son poste de président du circuit de Sepang.

En revanche, le MotoGP malais à Sepang est toujours populaire et la course de cette année a été sold out.

Sepang a accepté le mois dernier de prolonger le MotoGP d’au moins 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest