La Malaisie abandonne la course de Formule 1 après 2017, déclare le Premier ministre

Le Grand Prix de Malaisie de cette année devrait être le dernier du pays, a déclaré vendredi le Premier ministre Najib Razak, citant la hausse des coûts et la baisse des ventes de billets. La course malaisienne, dont l'avenir est incertain depuis plusieurs années, disparaîtra du calendrier 2018 de la Formule 1 – un an plus tôt que prévu – alors que la France et l'Allemagne reviennent pour une saison de 21 courses. "Le cabinet a accepté de mettre fin au Grand Prix de Formule 1 à compter de 2018, compte tenu des faibles rendements par rapport au coût de l'organisation de la course", a déclaré Najib dans un communiqué.

Des responsables ont annoncé l'an dernier que la Malaisie cesserait d'accueillir la Formule 1 à partir de 2019, brandissant le drapeau à damier lors d'une course commencée en 1999.

Razlan Razali, directeur général du Circuit international de Sepang (SIC) en Malaisie, où se tient le Grand Prix, a déclaré que la résiliation avait été "acceptée d'un commun accord" par les organisateurs de la course, Formula One Management et SIC.

"Depuis que j'ai rejoint SIC il y a neuf ans, nous avons essayé de le rendre rentable pour l'économie et de faire en sorte que toutes les parties prenantes comme les hôtels et les compagnies aériennes en bénéficient", a déclaré Razlan.

"Malheureusement, ces dernières années, nous avons assisté à un déclin spectaculaire du nombre de téléspectateurs et de spectateurs."

La Malaisie dépense 300 millions de ringgits (67,6 millions USD) chaque année pour organiser la course, mais ne rapporte aucun retour sur ses investissements, selon le ministre du Tourisme et de la Culture, Nazri Aziz.

La course a fait face à une intensification de la concurrence dans la région, en particulier depuis le Grand Prix de nuit à Singapour, alors que la Malaisie exportatrice d’énergie a vu ses recettes publiques sapé par la faiblesse des prix mondiaux du pétrole et le ralentissement de la croissance économique.

Les courses de Formule 1 fonctionnent souvent à perte, mais elles attirent de nombreuses villes en raison de leur prestige et de leur exposition à un public mondial.

Najib a noté dans sa déclaration qu'en 1999, seuls 16 pays avaient accueilli des courses de Formule 1, dont deux en Asie. Cela a maintenant augmenté 21 pays à travers le monde, dont six en Asie.

Les autorités malaisiennes ont déclaré que le circuit de Sepang, qui peut accueillir 120 000 spectateurs, n'avait attiré que 45 000 spectateurs au Grand Prix 2016 et que les cotes d'écoute de la télévision étaient également médiocres.

"Il est toujours triste de dire au revoir à un membre de la famille de Formule Un", a déclaré Sean Bratches, directeur général des opérations commerciales de ce sport.

"En près de deux décennies, les supporters malaisiens de la Formule 1 se sont révélés être parmi les supporters les plus passionnés du sport", a-t-il ajouté.

"J'aimerais saisir cette occasion pour remercier le circuit international de Sepang pour son hospitalité et son professionnalisme au fil des ans, ainsi que pour son engagement continu envers le sport automobile."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest