Jeux asiatiques: les nageurs syriens donnent "200%" pour une patrie déchirée par la guerre

Alors que la violence s'intensifie et que leur pays déchiré par l'avertissement s'enfonce de plus en plus dans la crise, deux nageurs syriens frappés de vedettes ont promis de "donner 200%" aux Jeux asiatiques pour aider à apporter un peu de réconfort à leurs compatriotes. (Couverture complète)

Bayan Jumah, qui a un penchant pour les selfies avec son idole Michael Phelps, et son coéquipier Ayman Klzie ont déclaré vendredi à l'AFP qu'ils se sentaient davantage obligés de se dépasser au-delà de leurs limites en Corée du Sud, à 8 000 kilomètres de la frontière. le conflit sauvage qui fait rage en Syrie. (Une compétition de natation promet un drame)

"Nous sommes très tristes de ce qui se passe", a déclaré Jumah, 20 ans, dans une interview avant le début de la compétition de natation à Incheon. "Quand je regarde la télévision, j'ai peur et vous vous dites" Oh mon Dieu, comment les gens peuvent-ils vivre comme ça? " Mais dans notre vie quotidienne, nous ne ressentons pas cette peur. "

Jumah, qui a représenté la Syrie au freestyle féminin aux Jeux olympiques de 2008 et 2012, et Klzie vivent à Damas, relativement à l’abri de la menace des djihadistes de l’État islamique.

Mais tous deux sont originaires d'Alep, dans le nord du pays, qui a connu de violents combats, et ressentent encore la douleur des moins fortunés.

"Vous vous sentez stressé", a admis Klzie, 21 ans, prêt à disputer ses premiers Jeux asiatiques. "Je n'ai pas vu mes parents depuis deux ans. Mais je pense que le sport peut apporter aux gens de l'espoir et un peu de tranquillité d'esprit, ce qui peut les aider à oublier leurs problèmes, même si ce n'est que pour un peu de temps. Pour cette raison, je m'entraîne à 200% "

Le couple, deux des 45 athlètes syriens qui se sont rendus en Corée du Sud, a avoué être une petite vedette après avoir pratiqué aux côtés de superstars telles que le champion olympique chinois Sun Yang et le héros local Park Tae-Hwan, qui a donné son nom à l'arène aquatique.

"C'est un rêve de nager avec Sun ou Park, quand vous les voyez dans la ligne suivante ou derrière vous", sourit Jumah, quelques heures avant la cérémonie d'ouverture.

Photos Facebook

Sun sortit de la salle à la recherche de la célébrité vêtue d'un survêtement jaune et de teintes sombres, les équipes de télévision chinoise essayant de se suivre.

Mais, demandant qui était son nageur préféré, Jumah répondit en un instant: "Michael Phelps. Et Ryan Lochte, parce qu'il est tellement …", elle s'interrompit alors qu'elle gesticulait pour dire "Miam!"

Jumah a déclaré qu'elle s'était presque transformée en gelée après s'être heurtée à Phelps aux Jeux olympiques de Beijing en 2008 – mais qu'elle avait quand même réussi à prendre une photo en souvenir de l'américaine.

"J'étais si jeune à Beijing", a-t-elle déclaré. "Rien que de voir les nageurs. J'étais comme" Wow, c'est Michael Phelps. Je dois prendre une photo avec lui. J'ai pris une photo avec lui à Beijing et aussi en Espagne l'an dernier aux championnats du monde. Je l'ai mis sur Facebook. "

Klzie, qui a concouru pour la Syrie au water-polo sur la plage et courra dans les concours individuels et au 100 m papillon, a ajouté: "Quand je suis entré dans la piscine aujourd'hui et que j'ai vu ces nageurs de haut niveau, j'ai eu un grand bourdonnement. éclat de pouvoir. "

Mais aucun des athlètes ne peut oublier la destruction à la maison.

"C'est difficile mais nos vies continuent", a déclaré Jumah. "C'est comme si les forces armées essayaient de protéger les gens du danger. En tant que nageurs ici, je pense que nous essayons également de le faire pour la Syrie. Nous nous entraînons aussi fort que possible et nous donnons tout. Tout ce que nous faisons est pour la Syrie."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest