Jeux asiatiques: le nageur au Japon, honteux, a perdu la tête, selon le Comité olympique du pays

Le nageur disgracié Naoya Tomita n'était "pas dans son état mental habituel" lorsqu'il a volé la caméra d'un journaliste aux Jeux asiatiques, a déclaré samedi le Comité olympique japonais (JOC).

Tomita, qui a été expulsé et condamné à une amende d'un million de won (950 USD) pour avoir passé la caméra dans une piscine de compétition, a été cité par les médias japonais, affirmant "je ne l'ai pas fait" lorsqu'il a quitté la Corée du Sud cette semaine.

Selon des responsables, le jeune homme de 25 ans aurait fait des aveux complets à la police lorsqu'il aurait été arrêté après avoir été identifié par des caméras de télévision en circuit fermé à la piscine.

"J'ai lu dans les médias qu'il avait dit ne pas l'avoir fait mais je ne pense pas qu'il était dans son état mental habituel", a déclaré le chef de mission du Japon, Tsuyoshi Aoki, lors d'une conférence de presse.

"Le contexte de la question et sa réponse n'étant pas clairs, il n'est pas correct de commenter", a-t-il ajouté.

Le vol "s’est produit en un éclair, un geste impulsif – comme si le diable l’avait saisi. Mais cela n’excuse pas ce qu’il a fait.

"Il est adulte et a agi de son plein gré et, à ce titre, est responsable de ses propres actes.

"Il a enfreint le code de conduite de l'équipe et nous nous excusons pour les ennuis causés aux Japonais, aux officiels et au comité organisateur", a déclaré Aoki.

Tomita a été expulsé de la délégation japonaise et s'est vu ordonner de payer son propre billet d'avion après avoir avoué avoir volé l'appareil photo d'une valeur de 7 600 dollars appartenant à un journaliste d'une agence de presse sud-coréenne.

Les officiels de la natation devraient prendre une décision finale sur la punition de Tomita plus tard ce mois-ci.

La délégation japonaise a balayé les informations concernant des bris d'ascenseurs, un manque d'eau chaude et des plaintes concernant la nourriture dans le village des athlètes pour se déclarer satisfaits de leur performance après avoir terminé troisième du tableau des médailles derrière la Chine et le pays hôte, la Corée du Sud.

"Nous avons toujours vu les futures stars arriver aux Jeux asiatiques", a déclaré Aoki, qui se tournait vers les Jeux olympiques de Rio 2016 et les Jeux de 2020 à Tokyo.

"Et nous avons vu des signes ici aussi. Nous avions Naoko Takahashi (les coureurs du marathon) aux Jeux de Bangkok en 1998 et le nageur Kosuke Kitajima en 2002. La nouvelle génération portera les attentes d'un pays."

La star de la natation, Kosuke Hagino, a été la vedette du Japon avec sept médailles, dont quatre d'or. Il a remporté une surprise face au champion olympique de Chine, Sun Yang, au 200 mètres libre masculin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest