Heureux de faire un test de dépistage de drogue tout, n'importe où: Mo Farah

Dans des citations rapportées dimanche par de nombreux journaux britanniques, Farah a déclaré qu'il n'était au courant d'aucune demande émanant d'aucune autorité antidopage, mais était plus qu'heureux de se conformer à leurs souhaits.

"Je ne suis au courant d'aucune demande", a-t-il déclaré.

"Mais comme je l'ai dit à maintes reprises, je suis heureux de pouvoir être testé à tout moment, n'importe où, et de faire tester ou retester l'un de mes échantillons maintenant ou à l'avenir, par n'importe quel organisme officiel."

Le week-end dernier, l'USADA a confirmé la constitution d'un dossier sur l'entraîneur controversé Alberto Salazar, à la suite d'un rapport accusant le gourou de l'athlétisme d'utiliser dangereusement des médicaments pour améliorer les performances de ses athlètes.

Farah est resté farouchement fidèle à son entraîneur, qui a nié toutes les accusations d'actes répréhensibles.

En 2015, Salazar avait fait l'objet d'un rapport de la BBC, affirmant avoir administré de la testostérone au coureur de fond américain Galen Rupp en 2002, alors que Rupp – un partenaire d'entraînement de Farah – n'avait que 16 ans et encourageait l'usage abusif de médicaments sur ordonnance.

(Avec entrées AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest