Grand Prix du Canada 2018: Lewis Hamilton retourne à l'heureux terrain de chasse

Le succès de la pole de Hamilton l'an dernier lui a permis d'égaler le record de 65 pole positions du champion Ayrton Senna, un exploit qui l'a vu présenté par la famille Senna avec un casque porté par le grand brésilien.

Cette démonstration d'émotion a confirmé la suprématie incontestée de Hamilton à Montréal, mais il fait face à un défi beaucoup plus difficile de la part de ses rivaux ce week-end alors que les équipes de tête prennent leur deuxième moteur révisé de la saison.

Toto Wolff, chef de l’équipe Mercedes, a déclaré: "Nous attendons un certain nombre d’équipes, y compris toutes les Mercedes, à prendre leur deuxième unité de puissance. Nous plaidons pour plus de performance dans les meilleurs délais.

"Nous pouvons constater que nous sommes dans une position plus forte dans les deux championnats qu'il ne l'était il y a 12 mois, mais nous savons que la bataille est plus féroce avec nous-mêmes, Ferrari et Red Bull en lice tous les week-ends."

A l'instar de Mercedes, Red Bull et Ferrari devraient utiliser de nouveaux moteurs, mais le directeur technique de Red Bull, Adrian Newey, a minimisé les attentes, notamment parce que le vainqueur de Monaco, Daniel Ricciardo, encourt des pénalités sur la grille pour d'autres modifications techniques.

Newey a laissé entendre que Renault ne gagnerait qu'environ un dixième de seconde par tour sur une piste assoiffée de puissance qui conviendrait à Mercedes, mais Wolff a averti que "les performances passées ne sont pas une garantie de succès cette année.

"Nous devons nous assurer de tirer le meilleur parti de tous les types de pneus, y compris les pneus" hyper mous ", si nous voulons nous distinguer."

Les difficultés de l’équipe face aux pneus «hyper-tendres» à Monte-Carlo l’ont minée en qualifications, mais leur approche stratégique a permis à Hamilton de terminer troisième et d’étendre son record de courses marquant des points à 31.

Le Britannique, âgé de 33 ans, qui aime passer du temps en Amérique du Nord, où il a également remporté le Grand Prix des États-Unis à quatre reprises, est arrivé à Montréal mardi soir après une visite en Californie, apparemment pour surveiller ses chiens Roscoe et Coco, et New York.

Vettel, vainqueur de quatre courses, a terminé deuxième pour Ferrari à Monaco. Il avait déjà gagné à Montréal, en 2013 avec Red Bull, et n'avait pas eu la chance qu'une erreur tactique ait annulé la stratégie de Ferrari avec lui en 2016.

Hamilton saura que lui et Ferrari resteront une menace sérieuse dans ce qui devrait être une affaire beaucoup plus divertissante que la triste procession de Monte-Carlo, même si Kimi Raikkonen risque d'être distraite après qu'une serveuse canadienne l'ait intentée pour l'avoir touchée de manière inappropriée. en 2016. Le Finlandais, âgé de 38 ans, a rejeté les demandes et déposé une demande reconventionnelle.

Ce week-end sera également mémorable pour le double champion Fernando Alonso, inscrit pour son 300e Grand Prix et, potentiellement, pour son 298e départ.

Il rejoindra le Brésilien Rubens Barrichello, le Britannique Jenson Button, champion en 2009 et le septuple champion Michael Schumacher dans le club exclusif des «300».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest