Gagan Narang continue de viser haut après 20 ans de tirs

Narang a parlé à NDTV sur un éventail de sujets, y compris sa perception de la façon dont les choses ont changé en tournage au cours des deux dernières décennies.

NDTV: Qu'est-ce que ça fait de rentrer dans l'équipe de carabine à air comprimé après un an?

Gagan Narang: Le tournage a toujours été ma priorité numéro un. Cela fait du bien de faire partie de l'équipe de carabine à air comprimé. Je tire quelques bons scores tard, une bonne série de scores à Gabala (à la Coupe du Monde) l'année dernière et cette année également. Et c'est comme ça que je suis rentré dans l'équipe.

NDTV: Vous êtes de retour au stand de tir de Karni Singh après un moment. Avez-vous un sentiment de déjà vu lorsque vous entrez dans ces plages?

GN: J'ai tiré dans ces domaines pour toujours. J'ai également tourné ici en tant que débutant, puis une 600/600 dans ces gammes en 2010. C'était un sentiment formidable de faire quelque chose comme ça devant la foule. Ça fait toujours du bien de concourir ici, bien sûr, il y a eu quelques changements de règles maintenant.

Les scores ne sont plus en chiffres, ils sont en décimales. Il est toujours bon de tirer des scores élevés avec les nouvelles règles maintenant.

NDTV: Vous êtes dans le sport depuis deux décennies maintenant. Beaucoup de choses ont changé. Est-il difficile de suivre le rythme et de rester pertinents?

GN: J'ai toujours cru en l'évolution et évoluer avec le sport – qu'il s'agisse de tester des munitions, d'obtenir la bonne technologie, de partir à l'étranger et d'apprendre de nouvelles techniques.

Je suis toujours curieux d'apprendre de nouvelles choses et cela m'aide à m'améliorer chaque jour. Le tir en tant que sport consiste toujours à faire mieux chaque jour. Je suis heureux de pouvoir repousser les limites.

NDTV: Quel type d’ajustement technique avez-vous dû faire pour revenir à l’équipe et ensuite maintenir la cohérence?

GN: Je tire avec un nouveau système de fusil. Il a besoin d'un peu de peaufinage ici et là, donc les scores ont été hauts et bas. Je ferai du tir incliné jusqu'aux Championnats du Monde et aux Jeux Asiatiques. Les munitions doivent être de qualité supérieure et j'essaie de régler tous les aspects.

NDTV: Vous allez à la Gold Coast pour l'événement test du Commonwealth. Que chercheriez-vous à apprendre avant les Jeux?

GN: Les plages de 10 m sont standard mais toutes les variables sont dans la plage de 50 m. Cela dépend beaucoup du vent et des lumières. Ils jouent un rôle majeur. Nous allons également prendre en compte la distance entre le champ de tir et le village des Jeux, calculer quel type d'horaire de bus doit être suivi.

C'est pour éliminer le nouveau sentiment et aussi vous habituer aux conditions météorologiques qui seront différentes.

NDTV: Vous avez obtenu des scores élevés lors d'une compétition à Hanovre en mai. Jusqu'au 23ème round que vous meniez et il semblait que vous pouviez rentrer chez vous avec le métal jaune, mais ensuite vous avez glissé. Essayez-vous de maîtriser la cohérence?

GN: Le tir en tant que sport consiste à maintenir la cohérence, pas à tirer un 10.9 puis un mauvais score. J'essaie d'être aussi cohérent que possible, pas seulement dans le sport, mais aussi dans la vie.

Être cohérent est un travail en cours. J'ai tiré de bons scores à Hanovre, mais ça n'a pas d'importance, il faut bien réussir partout, dans toutes les conditions.

GN: Vous participez en tant que joueur et encadrez également de jeunes pistolets. Est-il difficile de gérer les deux rôles?

GN: J'apprécie le sport du tir et j'aime aussi être un mentor. Parfois, vous êtes coincé avec un aspect technique. Il est utile d’avoir un partenaire d’entraînement, une personne avec qui vous dirigez, et d’essayer de comprendre les techniques de tir. Souvent, il s’agit d’un trafic à double sens.

NDTV: Avant Rio, vous aviez dit que le rêve serait de monter sur le podium avec l'un de vos pupilles. Cela a-t-il changé ou reste-t-il le même pour le Japon?

GN: Je serai béni de partager le podium avec l’un de mes pupilles au Japon. Le but est d’y aller et de faire de mon mieux et d’espérer que mon mieux est suffisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest