Fifty-Up Lewis Hamilton maintient sa candidature au titre de F1 avec une victoire au Grand Prix américain


Austin:

Le champion en titre Lewis Hamilton a maintenu sa candidature pour un quatrième titre mondial dimanche en remportant sa première victoire en six courses au Grand Prix des États-Unis et une 50e victoire en carrière.

Le Britannique a réalisé une conduite sans faille depuis la pole position pour terminer près de cinq secondes devant son coéquipier Mercedes et leader du championnat Nico Rosberg.

"Cela a toujours été un bon terrain de chasse pour moi. J'adore être aux États-Unis. Je suis fier de l'effort de l'équipe ce week-end", a déclaré Hamilton.

L'Australien Daniel Ricciardo a terminé troisième pour Red Bull et le quadruple champion Sebastian Vettel est revenu à la maison quatrième pour Ferrari après que son coéquipier Kimi Raikkonen ait été contraint à une étrange retraite après avoir quitté les stands avec une roue arrière lâche.

Mais il s'agissait encore une fois des rivaux Mercedes et Hamilton a réduit l'avance du championnat de Rosberg de 33 points à 26 avec trois courses à jouer, mais il sait que même s'il les remporte, tous les Allemands peuvent prendre sa couronne en terminant deuxième dans chacune.

Rosberg a déclaré: "J'ai perdu un peu au départ, mais j'ai tout donné pour revenir et j'allais à fond jusqu'à la fin."

C'était la septième victoire de Hamilton cette saison, mais sa première depuis le Grand Prix d'Allemagne en juillet, depuis quand Rosberg a pris l'élan.

Le courageux coéquipier Red Bull de Ricciardo, l'adolescent néerlandais Max Verstappen, a également pris sa retraite après une panne mécanique, laissant la voie ouverte à Fernando Alonso pour s'emparer de la cinquième place à McLaren après une attaque tardive contre son compatriote espagnol Carlos Sainz.

Hamilton avait révélé des inquiétudes avant la course au sujet de son moteur – équipé vendredi soir d'un nouveau système d'injection de carburant – mais par un après-midi d'automne presque parfait au Texas, il a fait une escapade propre lorsque les lumières se sont éteintes.

Il est sorti de la grille de la 58e pole de sa carrière alors que Ricciardo, de troisième, a accéléré la montée derrière lui dans le premier virage, où il a trouvé un moyen de dépasser Rosberg pour prendre la deuxième.

Derrière les leaders, il y avait un contact entre Force India de Nico Hulkenberg et Williams de Valtteri Bottas, le premier perdant son aileron avant et, après avoir boité aux stands, se retirait à la fin du premier tour.

Verstappen en charge

Accroché par une foule nombreuse sur le Circuit of the Americas, où Taylor Swift avait diverti 100 000 fans samedi soir, Hamilton a pris le contrôle de la course et a pris une avance de 1,4 seconde au troisième tour.

Ricciardo, le seul des pilotes de tête à partir avec des pneus "super-tendres", a dénoyauté après huit tours depuis le deuxième, Rosberg prenant sa place, avant de se rendre lui aussi aux stands, suivi peu après par Hamilton.

Hamilton a repris le contrôle après 15 tours, lorsque Vettel s'est opposé aux softs, l'Allemand rejoignant en sixième.

Presque aussitôt, le Britannique a ouvert une brèche à l'avant tandis que Rosberg résistait aux attaques de Verstappen.

Rappelé par son équipe d'être prudent et de terminer, le jeune Néerlandais a répondu: "Je ne suis pas là pour terminer quatrième!"

Son audace n'a pas été à la hauteur de la substance et quand il a suivi Ricciardo dans les stands pour son deuxième arrêt, son équipage n'était pas prêt. Verstappen s'est excusé pour sa propre erreur, a pris un arrêt relativement lent de 9,2 secondes et, en moins de trois tours, a été contraint d'abandonner en raison d'une panne moteur.

Sa sortie a incité le déploiement d'une période de voiture de sécurité virtuelle au cours de laquelle Hamilton et Rosberg se sont à nouveau opposés. Quand ils sont revenus, Rosberg a failli dépasser le Manoir de Pascal Wehrlein avant de se souvenir que les dépassements n'étaient pas autorisés.

Promu

Pour Raikkonen, dans sa Ferrari, la course était finie quand, après un arrêt au stand, il s'est arrêté et a redescendu la pente jusqu'aux stands.

Ferrari faisait l'objet d'une enquête pour une libération dangereuse de sa voiture avec une roue lâche présumée. Raikkonen a déclaré qu'un pistolet à roue était toujours attaché à sa voiture lorsqu'il a quitté les stands.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest