Deux athlètes kényans interdits pour dopage, des responsables préoccupés par la hausse du nombre

Vendredi, deux coureurs kényans Josephine Jepkoech Jepkorir et Agatha Jeruto Kimaswai ont été bannis pour dopage respectivement pendant deux et quatre ans. (Image à des fins de représentation uniquement)© AFP


Nairobi:

Le président du Comité national olympique du Kenya (NOCK), Kipchoge Keino, est préoccupé par le nombre croissant de sportifs de haut niveau du pays qui se dopent et a averti que cela entacherait la réputation de la nation aux Jeux olympiques de Rio. (Lisez plus d'histoires sportives ici)

Keino a déclaré que le pays s'attend à inscrire plus de 60 athlètes aux Jeux de Rio 2016, l'athlétisme fournissant plus de 45 concurrents. "L'athlétisme a été notre fort", a déclaré Keino vendredi à Eldoret.

"Mais il est rongé par la compétition et maintenant le fléau du dopage menace de l'écraser. C'est dommage que deux autres aient été interdits. Nos jeunes n'ont pas de place pour se cacher parce que chaque fois qu'ils excellent, beaucoup essaieront de les lier à la triche. "

Vendredi, Athletics Kenya (AK) a annoncé avoir banni la coureuse Josephine Jepkoech Jepkorir et l'athlète de 800 mètres Agatha Jeruto Kimaswai pendant deux et quatre ans respectivement pour avoir été testées positives pour l'agent anabolisant interdit norandrostérone.

Jepkorir a été attrapée après que son résultat ait été testé positif à la course de Luanda. Kimaswai avait échoué à un test hors compétition en avril et avait été interdit jusqu'en mai 2019.

En août, les sprinteuses Joyce Zakary et Francisca Koki Manunga, alors qu'elles participaient aux Championnats du monde à Pékin, ont été renvoyées après avoir échoué aux tests antidopage.

Et au cours des trois dernières années, 33 autres athlètes du Kenya, réputés pour ses coureurs de moyenne et longue distance, ont échoué aux tests de dopage. L'un des plus grands noms a été la gagnante des marathons de Boston et de Chicago, Rita Jeptoo.

Le manager et agent des athlètes Barnaba Korir a déclaré vendredi que le Kenya perdrait beaucoup en frais de comparution et en obtenant une invitation à la réunion de haut niveau si le vice n'était pas arrêté immédiatement.

Promu

"La tendance est mauvaise. Quelqu'un devrait être tenu pour responsable de cela. Ce ne sont pas les seuls athlètes qui sont impliqués. C'est un syndicat au-delà des coureurs et nous devons amener à réserver ceux qui les fournissent et qui les conseillent aussi", a déclaré Korir .

L'ancien champion olympique du 800 mètres, Wilfred Bungei, a déclaré qu'à moins que les responsables de l'AK ne prennent le problème de front et injectent de l'argent dans son combat, il n'y a pas grand-chose à faire pour apprivoiser l'étau.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest