Championnats du monde de lutte: tous les regards sont rivés sur Bajrang Punia et Vinesh Phogat


Les meilleurs lutteurs indiens ne poursuivront pas seulement la gloire, mais aussi la qualification aux Jeux olympiques de Tokyo alors que les championnats du monde commencent samedi. La préparation des Championnats du monde de lutte 2019 a été spectaculaire pour Bajrang Punia et Vinesh Phogat, tandis que des résultats décents ont donné une dose de confiance à quelques autres comme Divya Kakran. Bajrang Punia a triomphé lors des quatre épreuves qu'il a disputées cette saison – Dan Kolov, Championnat d'Asie Ali Aliev et Yasar Dogu – et entrera dans les Championnats en tant que numéro un mondial et tête de série en 65 kg. Pour Vinesh Phogat, la saison a commencé dans une nouvelle catégorie de poids en passant de 50 kg à 53 kg.

Elle a pris un certain temps pour s'installer dans sa nouvelle classe mais a quand même effectué cinq finales, remportant trois médailles d'or – Yasar Dogu, Grand Prix d'Espagne et Open de Pologne.

Bien que la compétence ne soit pas un problème avec Vinesh, retenir des candidats solides pendant six minutes est un gros défi, elle-même l'avait récemment admis.

La compétition sur grande scène l'aidera à faire une évaluation à ce sujet alors qu'elle vise une première médaille aux Mondiaux. Une blessure au coude de dernière minute l'avait forcée à se retirer des Championnats de Budapest l'année dernière.

Aucune femme indienne n'a jamais remporté une médaille d'or aux championnats du monde et Vinesh l'a en elle pour mettre fin à la sécheresse en Inde.

Bajrang a été sous la forme de sa vie mais il y a une faille dans son armure – la faible défense des jambes – et elle sera sûrement testée.

Seul Sushil Kumar a remporté un titre mondial en style libre masculin dans l'histoire de la lutte en Inde et Bajrang serait prêt à mettre fin à l'attente de l'Inde pour une deuxième médaille.

Le joueur de 25 ans a lui-même deux médailles aux Championnats du monde mais pas une d'or. Sa route est cependant pleine de défis avec la présence du Russe Gadzhimurad Rashidov et du Bahreïn Haji Mohammed Ali dans sa catégorie.

Le double médaillé olympique Sushil Kumar a connu des difficultés ces derniers temps et retourne aux championnats du monde après un intervalle de huit ans.

Il sera surveillé attentivement dans la compétition des 74 kg, car sa pertinence est en discussion depuis un certain temps maintenant. Il reste optimiste quant à ses chances et les Mondiaux seront l'occasion de tester ses prétentions.

Comme Sushil, la médaillée de bronze des Jeux olympiques de Rio, Sakshi Malik, a du mal sur le circuit international. Elle n'a pas remporté de titre depuis son triomphe aux Championnats du Commonwealth 2017.

Cette saison, la deuxième place de Dan Kolov a été son meilleur show. Elle avait stupéfait la championne du monde en titre Petra Olli avant de se contenter d'une médaille d'argent.

Ne pas être capable de gérer la pression est son fléau depuis longtemps. Rester sur la défensive dans les derniers instants du combat ne l'a pas aidée et elle a perdu quelques combats en position avantageuse.

Divya Kakran, en revanche, est un paquet d'énergie et reste implacable tout au long de ses combats. Elle a remporté deux médailles d'or et autant de médailles de bronze cette saison et semble avoir faim de plus.

Pooja Dhanda, qui n'est devenue que la quatrième femme indienne à remporter une médaille aux championnats du monde l'an dernier, n'a pas pu réserver une place en 57 kg, qui est une catégorie olympique mais se battra pour sa deuxième médaille en 59 kg.

Il sera intéressant de voir comment s'en sort Sarita Mor, qui a choqué Pooja lors des essais.

Parmi les autres grapplers freestyle masculin, Deepak Punia est capable de créer une surprise. Il se dirige vers les Championnats après être devenu le premier champion du monde junior de l'Inde en 18 ans.

Il a devancé ses aînés lors des essais. C'est une occasion parfaite pour lui d'annoncer son arrivée sur le circuit senior.

Gurpreet Singh (77 kg) et Harpreet Singh (82 kg) seront le meilleur pari de l'Inde dans le style gréco-romain.

Cependant, l'entraîneur national gréco-romain de l'Inde, Hargobind Singh, dit que beaucoup dépendra du tirage au sort.

Les Championnats offrent six quotas olympiques dans six catégories dans les trois styles.

Équipe:

(Lutte libre masculine): Ravi Kumar (57kg), Rahul Aware (61kg), Bajrang Punia (65kg), Karan (70kg), Sushil Kumar (74kg), Jitender (79kg), Deepak Punia (86kg), Parveen (92kg), Mausam Khatri (97kg) et Sumit Malik (125 kg).

Promu

(Hommes gréco-romains): Manjeet (55kg), Manish (60kg), Sagar (63kg), Manish (67kg), Yogesh (72kg), Gurpreet Singh (77kg), Harpreet Singh (82kg), Sunil Kumar (87kg), Ravi (97kg) et Naveen ( 130kg).

(Freestyle féminin): Seema (50 kg), Vinesh Phogat (53 kg), Lalita (55 kg), Sarita (57 kg), Pooja Dhanda (59 kg), Sakshi Malik (62 kg), Navjot Kaur (65 kg), Divya Kakran (68 kg), Komal Bhagwan Gole (72 kg) et Kiran (76 kg).

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest