Ceci est l'ère d'or du badminton indien, dit la légende Nandu Natekar

La légende du badminton, Nandu Natekar, a salué dimanche le spectacle de haut niveau présenté par le grand nombre de navettes indiennes. Il a également approuvé un autre grand point de vue souvent partagé par Prakash Padukones selon lequel le sport de la raquette traverse l’ère d’or dans le pays. «C’est vrai que c’est l’ère d’or du badminton indien. C’est un plaisir de voir les noms des Indiennes en évidence, et même des hommes, à la place des Chinois, des Thaïlandais et des Malaisiens (comme c’était le cas par le passé). "C’est un exploit formidable et ils méritent tous nos félicitations", a déclaré le premier Indien à remporter un titre de badminton à l’étranger en 1956. Natekar s’exprimant lors de la cérémonie de félicitations du Legends Club, il a célébré son 85e anniversaire au Cricket Club of India. Les points des deux meilleures athlètes indiennes, le médaillé d’argent des Jeux olympiques de 2016, PV Sindhu, et la médaillée de bronze des Olympiques de 2012, Saina Nehwal, ont-ils déclaré: "Sindhu utilise sa taille à son avantage. Saina est un grand combattant. "

Natekar, qui s'est qualifié pour les quarts de finale du Championnat All-England non officiel en 1954 lors de sa seule apparition dans ce tournoi prestigieux, a décrit le meilleur agent de navette du pays, Kidambi Srikanth, comme "un joueur de classe".

Il a déclaré que le badminton, au fil des ans, a "progressé à pas de géant en ce qui concerne la vitesse, l'engagement et la forme physique des joueurs".

"J'ai déjà regardé Wong Peng Soon (ancien champion de Singapour et son idole All All England) jouer un match ici, puis faire cinq tours du terrain et (moi aussi) j'ai essayé de faire la même chose, mais je n'ai pas pu terminer un tour," dit-il d'une manière légère.

En se remémorant sa brillante carrière commencée en 1951 et achevée en 1965, la légende de la navette, qui avait recueilli le plus grand nombre de voix en 1954 dans une enquête journalistique portant sur le sportif le plus populaire ayant même devancé l’icône du cricket Vinoo Mankad, a terminé deuxième, il était un autodidacte.

"Je n'ai jamais été coaché. J'ai appris à regarder les autres jouer. Vous devriez continuer à regarder (les autres jouent)", a commenté Natekar, qui a remporté six titres nationaux en simple messieurs, de nombreux titres en double et cinq doubles mixtes couronnant un exploit sans précédent.

Natekar a été récipiendaire du prix Arjuna l'année de sa création en 1961, mais étrangement, il n'a jamais été pris en compte pour les prix Padma et n'en a jamais eu un.

"Je n'y avais jamais pensé (je n'avais pas reçu de récompense Padma). J'avais l'habitude d'oublier mes matches peu de temps après, ils se concentraient sur la musique", a déclaré le grand Sangli, qui vit maintenant à Pune avec son fils et un ancien joueur de tennis national. champion, Gaurav et sa famille.

Dans son discours, Anil Pradhan, ancien champion national de double masculin et entraîneur de l'ancienne grande navale Aparna Popat, a salué le style de jeu classique non seulement de Natekar, mais également d'un autre ancien grand défunt Suresh Goel et de sa rivalité sur le terrain.

"C’est comme une" collaboration "que Natekar a jouée a été répliquée quelques coups plus tard par Suresh. Les deux ont très bien anticipé les coups de leurs rivaux", a déclaré Pradhan.

Pradhan a également évoqué un point statistique selon lequel le Maharashtra n'a pas produit de champion national du simple masculin, à l'exception de Natekar et Rajeev Bagga (1991).

"Il y avait 13 champions nationaux juniors garçons dans cette période mais aucun n'a remporté le titre seniors. En revanche, sur 12 champions juniors filles, huit sont également devenus champions nationaux du simple dames", a noté Pradhan.

(Avec des entrées PTI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest