Anirban Lahiri et Thongchai Jaidee perdent lors de la première Coupe des présidents

Anirban Lahiri et Thongchai Jaidee ont subi une décevante défaite contre Rickie Fowler et Jimmy Walker lors du match à quatre contre 4 dans leurs débuts à la Coupe des présidents, alors que les États-Unis se sont imposés 4-1 après la journée d'ouverture à Incheon (Corée du Sud) jeudi. (Cliquez ici pour les dernières histoires de golf)

Alors que Fowler inscrivait trois oiselets dans les quatre premiers trous pour se qualifier 3-tôt au Jack Nicklaus Golf Club Korea, Lahiri et Thongchai se sont retrouvés à l'arrière du camp pour la majeure partie de leur match, ce qui a reflété la journée passée pour les Internationaux.

"Non, non, non, je pense que Thongchai et moi étions loin de notre meilleur. Nous avons tous deux lutté, et je pense que nous venons de perdre de l'élan. Il y avait des occasions que j'aurais pu faire un peu plus de putts définitivement, et puis je pense à l’arrière, nous laissons tout partir très vite ", a déclaré Lahiri, actuel numéro un du Asian Tour.

"Il (Fowler) a passé un excellent match toute la journée. Si je ne me trompe pas, il a dû faire environ six ou sept lancers, et aucun d'entre eux n'était à moins de 3 mètres. Cela aide lorsque vous jouez en match play."

Thongchai, déçu, a ajouté: "Nous avons bien joué, mais les gars, Rickie en particulier, ont si bien roulé. Il a joué partout. Nous avons eu beaucoup d'erreurs avec le putter, pas en forme."

Lahiri n'a pas offert d'excuses pour ses débuts décevants au concours biennal. "Quand tu joues mal, tu veux en assumer autant. J’en suis certain, Thongchai pense la même chose. C’est un de ces jours", at-il déclaré.

"Au premier trou, nous avions une opportunité (de gagner) mais nous ne l’avons pas prise. Deuxièmement, je n’ai pas réussi. Troisièmement, nous sommes passés d’une position de force et nous nous sommes retrouvés soudainement trois à quatre.

"Oui, je crois en avoir laissé échapper un sur moi à sept, la normale 5. C’était un putt important car nous aurions pu reprendre un élan. Mais oui, très déçu de terminer la même chose.

"Nous n'avons pas fait un seul birdie dans 14 trous, et nous avons frappé 13 fairways. Je veux dire, nous n'avons raté qu'un seul fairway sur 10 et nous n'avons pas réussi un birdie. Donc, cela vous dit que nous n'avons pas bien roulé, et c'est De quoi as-tu besoin."

Lahiri dirigera l'équipe encouragée vendredi après que le capitaine Nick Price ait choisi de le reposer de la séance de Fourball de vendredi. L’Indien pense que la Coupe des présidents, dominée par les États-Unis, qui ont remporté huit des dix éditions, est loin d’être terminée.

"C'est un long chemin à parcourir. Ce n'est pas un début idéal. Vous ne voulez pas vous retrouver à la chasse, mais maintenant que nous sommes dans cette position, nous allons le poursuivre", a-t-il déclaré.

Lahiri, premier Indien à disputer la Coupe des Présidents

Mercredi soir, Lahiri, le premier Indien à disputer la Coupe des Présidents, s'est tenu fièrement aux côtés de ses coéquipiers et de l'équipe américaine et a eu le plaisir d'entendre son hymne national lors de la cérémonie d'ouverture.

"C’était très spécial. Extrêmement spécial. Il n’ya pas beaucoup de fois dans votre carrière que cela se produira, et les fois où cela se produit, vous vous sentez vraiment comme tous les efforts, tout ce que vous avez mis – pas Vous et votre famille, votre équipe, votre entraîneur, votre physiothérapeute, votre entraîneur, tous ceux qui ont contribué à vos efforts de quelque façon que ce soit, cela en vaut la peine. rien n’est comparable à cela ", at-il déclaré.

(Avec des contributions de la tournée asiatique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest