Amit Panghal, Manish Kaushik Oeil Maiden Championnats du monde de boxe finales

Amit Panghal et Manish Kaushik auront pour objectif de créer de l'histoire en réservant leur première place lors des Championnats du monde de boxe à Ekaterinbourg, en Russie, vendredi. L’Inde n’a jamais eu deux demi-finalistes à l’évènement de marque et, à cet égard, les deux boxeurs Haryana ont déjà écrit l’histoire. Mais si tous deux réussissent à se qualifier pour la finale, ce sera un pas de géant pour le sport dans le pays. La tâche est cependant plus facile à dire qu'à faire. Panghal a à sa manière le Kazakhstan, Saken Bibossinov, qui a assommé l'Artien, médaillé d'or en Europe et sixième tête de série, Artur Hovhannisyan, en quart de finale.

Kaushik, quant à lui, affrontera le boxeur le plus accompli de sa catégorie, le meilleur Cubain Andy Gomez Cruz, qui a devancé la Russe Seia, huitième tête de série, dans les huit dernières étapes.

Cruz, médaillé d'or en poids welter light (64 kg) de l'édition 2017, est également deux fois vainqueur d'or aux Jeux panaméricains et, sans parler, d'un formidable moteur à l'intérieur du ring.

"Nous commençons maintenant le travail difficile. Nous avons déjà amélioré le nombre de médailles et nous visons maintenant à améliorer leur couleur", a déclaré Santiago Nieva, directeur de la haute performance à Indian Boxing.

"Je suis heureux mais je ne le serai pas complètement tant que tous les deux n'atteindront pas la finale et ils le pourront sûrement tous les deux", a ajouté l'entraîneur-chef du pays, CA Kuttappa.

Ils doivent faire face à des adversaires difficiles, mais cela ne les rend pas automatiquement des outsiders. Panghal, la dynamo la plus petite de Rohtak, est la médaillée d'or en titre aux Jeux et aux Championnats d'Asie. Elle remporte deux médailles d'or consécutives dans l'un des plus vieux tournois d'Europe: le Mémorial de Strandja.

Kaushik, l'homme timide originaire du berceau de la boxe indienne à Bhiwani, est médaillé d'or aux Jeux du Commonwealth et a été deux fois médaillé national.

Les deux sont employés dans l'armée indienne et ont tous deux montré le courage d'un soldat lors de certains combats épuisants jusqu'à présent.

"Il (Bibossinov) a une longue portée, mais je pense avoir la stratégie pour le battre", a déclaré Panghal après le triomphe en quarts de finale.

Panghal n'est pas entré dans les détails, mais jusqu'à présent, il a livré chaque fois qu'il l'avait promis. En fait, c'était aux championnats du monde que Panghal a attiré l'attention de tous.

Dans l'édition 2017, il avait failli renverser le champion en titre Hasanboy Dusmatov au cours des quarts de finale, mais avait été battu par la marge la plus mince.

L’indien se vengea un an plus tard lors de la finale des Jeux asiatiques, où une médaille d’or le propulsa au statut de star de la boxe indienne.

Kaushik a eu une carrière de stop-start jusqu'à présent. Il a tout d'abord fait la une des journaux en décrochant la médaillée asiatique, triple médaillée asiatique et médaillée de bronze en 2015, Shiva Thapa, en finale du championnat national. Cette victoire lui a ouvert les portes du camp national senior et il est depuis engagé dans une bataille au coude à coude pour une place à côté de Thapa.

Le nombre total de médailles pour le pays avant l'édition en cours s'établissait à quatre médailles de bronze, revendiquées par Vijender Singh (2009), Vikas Krishan (2011), Shiva Thapa (2015) et Gaurav Bidhuri (2017).

(Avec des entrées PTI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest