3ème test: Cricket Australia « s’excuse sans réserve » après que des joueurs indiens aient été victimes d’abus raciaux


Le jeu a été interrompu pendant quelques minutes le quatrième jour du troisième test entre l’Inde et l’Australie après que les joueurs en visite se soient plaints des abus de la foule au Sydney Cricket Ground dimanche, ce qui a incité le conseil hôte à «s’excuser sans réserve» et promettre le plus fort possible. action contre les responsables. C’était un jour après qu’un spectateur ivre du SCG aurait dirigé des abus raciaux contre les joueurs indiens Jasprit Bumrah et Mohammed Siraj. La BCCI a déposé une plainte auprès de la CPI.

« Cricket Australia condamne dans les termes les plus forts tout comportement discriminatoire », a déclaré Sean Carroll, responsable de l’intégrité et de la sécurité de CA.

« En tant qu’hôtes de la série, nous nous excusons sans réserve auprès de nos amis de l’équipe indienne de cricket et nous leur assurons que nous allons poursuivre l’affaire dans toute sa mesure. »

Au cours de la deuxième session de la quatrième journée, les joueurs indiens se sont blottis au centre après que Siraj, debout à la limite de la jambe carrée, se soit plaint d’abus après avoir été frappé pendant deux six fois consécutifs par Cameron Green dans son over.

Cela a incité le personnel de sécurité à pénétrer dans les gradins et à rechercher le malfaiteur avant qu’un groupe de personnes ne soit invité à quitter les gradins.

« Si vous vous livrez à des abus racistes, vous n’êtes pas les bienvenus dans le cricket australien. CA attend le résultat de l’enquête de l’International Cricket Council sur l’affaire rapportée samedi au SCG », a déclaré Carroll.

« Une fois les responsables identifiés, CA prendra les mesures les plus fortes possibles en vertu de notre code anti-harcèlement, y compris des interdictions prolongées, des sanctions supplémentaires et le renvoi à la police de NSW », a-t-il ajouté.

Les arbitres sont également intervenus et ont été vus en train de discuter avec les joueurs. Aucun objet n’a cependant été dirigé vers les joueurs.

La directrice générale de NSW Venues, Kerrie Mather, a déclaré que des images de vidéosurveillance étaient en cours d’examen pour identifier l’accusé.

« Nous prenons cela très au sérieux. Si les personnes impliquées sont identifiées, elles seront bannies du SGC et de toutes les propriétés de Venues NSW en vertu de notre loi », a-t-elle déclaré.

Comme prévu, les Indiens n’étaient pas amusés par l’incident peu recommandable impliquant leurs joueurs avant que les responsables ne soient expulsés des tribunes.

Cela a été révélé après que Siraj, lors de sa première tournée seulement avec l’équipe indienne, se soit approché de son capitaine Ajinkya Rahane et des arbitres sur le terrain et se soit plaint à eux de ce à quoi il était soumis dans la même zone derrière lui samedi.

Gardant son bras autour de l’épaule de son jeune stimulateur, Rahane a été vu pointer du doigt une section des tribunes tout en parlant aux arbitres alors même que les agents de sécurité étaient impliqués.

Le troisième jour du match, Siraj aurait été qualifié de « singe » par un spectateur ivre dans l’un des gradins, ravivant les souvenirs de l’épisode tristement célèbre de Monkeygate de la série 2007-08.

Incidemment, l’épisode Monkeygate a également eu lieu pendant le test de Sydney quand Andrew Symonds a affirmé que Harbhajan Singh lui avait lancé l’insulte raciste à plusieurs reprises. Mais le spinner indien a été blanchi après une audience sur la question.

Promu

Samedi, les abus ont été dirigés contre le duo indien alors qu’ils étaient sur le terrain lors de la deuxième manche australienne.

L’Australie a déclaré sa deuxième manche à 312 pour six, fixant à l’Inde un improbable objectif de victoire de 407 pour reprendre la tête dans la série de quatre matchs.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest